Accueil Actu Comment faire financer une formation par son employeur ?

Comment faire financer une formation par son employeur ?

Le changement se fait à un coût non seulement psychologique ou organisationnel, mais aussi financier. Preuve par exemple avec Séverine, qui fait appel à tuttiforchanger.com.

« J’ai un projet qui nécessite trois ans d’études à temps plein. Après un rendez-vous au Fongecif, je sais que je ne peux pas être admissible à un CIF (Congé Individuel de Formation). Je ne vois pas quelle autre aide existe. Et 3 ans sans salaire, ce n’est pas possible pour moi. On me conseille d’attendre jusqu’à ce que je me retrouve au chômage, mais ça peut arriver demain comme dans 10 ans… Alors, comment puis-je financer une reprise des études ?

A voir aussi : Comment faire pour décrocher un CDI ?

 » Si vous êtes un employé Séverine a raison, la question du coût d’un projet de conversion dépend de la décision de procéder ou non. Si vous êtes un employé, vous pouvez demander à bénéficier du CIF qui finance votre formation et prend la responsabilité de votre rémunération, soit 80 à 100 % de votre salaire. Il est accordé à toute personne qui a a travaillé deux ans, dont un an dans l’entreprise au moment de la demande, pour une période d’un an à temps plein ou 1 200 heures d’enseignement unique. Au-delà de ces critères, un comité décide de la pertinence du financement. Commencer le processus par une évaluation des compétences pour valider le projet peut encourager votre organisme de financement à vous suivre.

Si vous êtes un chercheur d’emploi De plus, sachez que le fait d’être chercheur d’emploi n’ouvre pas les portes de la formation en tout temps. Un projet peut être soumis au Centre pour l’emploi qui peut financer certaines formations approuvées, mais plutôt celles qui se préparent à des professions dans des domaines où il y a pénurie de main-d’œuvre. En plus de vous dire que de nombreuses demandes sont rejetées.

A lire aussi : Où il fait bon vivre et travailler en France ?

Aucune aide financière possible ? Si vous ne pouvez pas être admissible au financement, il est difficile d’entreprendre une reprise des études, sauf si vous combinez le travail et les cours. Mais le temps manque peut-être. D’autres options comprennent le congé sabbatique ou le congé non payé. Les impayés, cependant, offrent l’assurance de retrouver son poste et son salaire éventuellement. Conditions de congé sabbatique : avoir au moins trois années d’ancienneté dans l’exploitation et six années d’activité professionnelle au total. La demande doit être présentée à son employeur au moins trois mois à l’avance. Attention, elle peut être refusée. En ce qui concerne le congé non payé, le site Web du ministère du Travail déclare qu’il n’est pas réglementé : « aucune condition ou procédure n’est imposée pour en bénéficier. Son organisation et sa durée sont déterminées par un accord entre le travailleur et l’employeur. » C’est à vous de négocier. Avez-vous suivi une formation ? Parlez-nous de votre expérience ! Pour lire sur le même thème : La formation, parce que c’est compliqué ? Vuoiallenarti

ARTICLES LIÉS